Licenciement après un arrêt-maladie, sans visite de reprise : l’église remise au milieu du village

Published on : 27/05/2021 27 mai mai 05 2021

Après un arrêt-maladie supérieur ou égal à 30 jours, l’employeur ne peut laisser son salarié reprendre le travail, sans visite de reprise. Cependant, cette obligation est parfois impossible à respecter, du fait du salarié. C’est le cas du salarié aux abonnés absents, et/ou ne transmettant plus d’arrêts de prolongation. Dans ce cas, le licenciement pour abandon de poste ou absence injustifiée est valide.



Le code du travail impose une visite de reprise préalable après un arrêt-maladie supérieur ou égal à 30 jours. L’employeur est fautif s’il ne l’organise pas. L’objectif de ce texte est de vérifier avec la médecine du travail l’aptitude du salarié à reprendre son poste. Cependant, cette obligation s’avère parfois absurde car impossible à respecter, du fait du salarié. C’est le cas lorsque ce dernier est aux abonnés absents, et/ou ne transmet plus d’arrêts de prolongation. On ne peut organiser la visite de reprise, mais du coup peut-on le licencier ? Et dans ce cas, risque-t-on une condamnation pour licenciement jugé discriminatoire, à raison de l’état de santé ?

Début 2021, la Cour de cassation a remis l’église au milieu du village. L’employeur n’est pas tenu d’organiser une visite de reprise si :
  • Le salarié n’a pas adressé les justificatifs de son absence,
  • Et, n’a pas manifesté son intention de reprendre le travail.
Dans cette affaire, un salarié était en arrêt de travail pour maladie, depuis longtemps. Il a cessé d’adresser des arrêts-maladie. N’ayant plus de nouvelles, ni de justificatifs d’absence, l’employeur l’a sommé de reprendre son poste. Devant son silence, l’employeur l’a licencié pour faute grave.

Le salarié a contesté son licenciement. Il reprochait à son employeur l’absence de toute organisation de visite de reprise.

La Cour suprême a tranché en faveur de l’employeur :
« …En dépit d’une mise en demeure, le salarié n’avait ni adressé les justificatifs de son absence, ni manifesté son intention de reprendre le travail de sorte qu’il ne pouvait être reproché à l’employeur, laissé sans nouvelles, de ne pas avoir organisé la visite de reprise… (…) Cette absence injustifiée constituait une faute grave rendant impossible le maintien du salarié dans l'entreprise ».

Cette décision s’inscrit dans la lignée d’une jurisprudence constante mais ancienne.

Décision : Cass. soc., 13 janv. 2021, n°19-10.437
Nicolas C. Sauvage
Mathilde De Sloovere

過去の掲載記事

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Ce site utilise des "cookies" pour effectuer de la mesure d’audience, ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vos données personnelles ne sont pas collectées et ces cookies ne représentent aucun danger pour votre équipement.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies Plus d'informations
 
J'ai compris { BANDEAU_COOKIES_CONFIGURER } { BANDEAU_COOKIES_REFUSER }
{ DIALBOX_COOKIES_TITLE }

Les cookies sont des fichiers textes utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site n’utilise que des cookies d'identification, d'authentification, d’analyse de mesure d'audience ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez cependant vous opposer à la mise en place de ces cookies en désactivant cette option dans les paramètres de votre navigateur.
Nous vous invitons à consulter les instructions de votre navigateur à cet effet et vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
{ DIALBOX_COOKIES_TEXTE_ANALYTICS }